GO
GO

Quand l'emballage ne reflète en rien le contenu…

Dernière mise à jour le 16/01/2015

Deux articles de presse parus dans le même journal dans un délai relativement court ont attiré mon attention par leur titre peu banal, leur sujet proche et leur référence apparemment scientifique:

"Pourquoi les chats ne nous aiment pas?"

"Bien que certains auront du mal à l’entendre, les chats ne sont pas du tout attachés à leur propriétaire. C’est ce que révèle une étude de l’Université de Tokyo." - Céline Bouckaert, le Vif-L'express (04/12/2013)

"Votre chien vous aime vraiment"

"Votre chien ne vous aime pas seulement pour son écuelle bien remplie. Vous le saviez? Une étude vient de le démontrer scientifiquement." - Muriel Lefevre, le Vif-L'express (28/01/2014)

 

Les chats ne nous aimeraient donc pas alors que les chiens "vraiment"! Voilà qui fera sans doute acquiescer certains d'entre vous avec indolence, mais réagir d'autres violemment, non?
En effet, soit il s'agit ici d'enfoncer une porte ouverte, et ce n'est alors pas très intéressant, soit se posent derrière ces affirmations apparemment banales de vraies questions en matière de comportements sociaux inter-espèces et de relation homme-animal.

Les caricatures sociétales des chiens (dépendants, fidèles, obéissants,…) et des chats (libres, libertins, réfractaires, …) sont-elles basées sur des résultats éthologiques ou neurophysiologiques, ou sont-elles le fruit d'un anthropomorphisme teinté d'influences culturelles diverses?

Allons voir cela de plus près… D'après la première étude en question (Vocal recognition of owners by domestic cats (Felis catus), Atsuko Saito et Kazutaka Shinozuka (Université de Tokyo), Animal Cognition (2013) 16:685–690), il semble juste que certains chats réagissent un peu plus lorsque leur nom est prononcé par leur propriétaire que par des inconnus.

La seconde étude (Functional MRI in awake unrestrained dogs. Gregory Berns et al. (Université d'Atlanta), PLoS One (2012); 7(5): e38027) met en scène des chiens qui ont été habitués à rester immobile dans un appareil d'IRM fonctionnelle. La suite ne fait pas (encore?) l'objet d'une publication scientifique. Leur cerveau montrerait une réaction différente quand un biscuit leur est présenté par leur maître plutôt que par un humain inconnu ou même par un robot.

Chiens et chats réagissent donc de manière particulière à leur compagnon humain. La seule différence réside dans le type de réactions observées, interprétées comme "sociales et positives" chez le chien, mais qualifiées "d'orientation" (mouvements de la tête et des oreilles) chez le chat.

Ce que ces chercheurs mesurent dans ces études, ce n'est donc pas l'amour ni l'attachement de l'animal pour l'humain avec lequel il vit, mais beaucoup plus simplement sa capacité à reconnaître son "maître" et les moyens (visuels, auditifs) qu'il utilise pour le faire. Il est intéressant de noter que le même résultat scientifique obtenu pour les deux espèces (différentiation d'un humain connu) entraîne des interprétations radicalement opposées!

Et même si c'était le cas, l'amour que nous portent nos chiens et nos chats ne pourrait-il pas s'exprimer tout simplement de manière différente? Et si l'amour était multiple plutôt qu'unique?

 

Marc Vandenheede
pour Véthopsy


Nos animaux ont besoin de soins mais pas seulement: ils attendent aussi de l'attention et des interactions

Dernière mise à jour le 22/09/2014

Chiens et chats ont besoin de soins appropriés

Il nous faut les accueillir dans un environnement confortable, convenant à leur espèce (un chien doit pouvoir sortir régulièrement …) et équipé des accessoires vraiment nécessaires ( panier ou couverture, collier et laisse pour le chien, gamelles pour la nourriture et pour l’eau, litière et grattoir pour le chat …).

Il nous faut veiller à leur bonne santé : surveillance constante de leur état général, vaccins, vermifuges, visites de contrôle régulières chez le vétérinaire.

Il nous faut leur offrir une nourriture adaptée à leur âge, leur croissance, leur état de santé, leur activité physique (un chien qui vit en plein air n’a pas les mêmes besoins énergétiques qu’un chien qui reste la plupart du temps à l’intérieur) … toutes choses qu’offrent les fabricants d’aliments pour animaux.

 

Chiens et chats ont aussi besoin d’attention et d’interactivité

Depuis des millénaires, ces deux espèces se sont particulièrement attachées aux humains dont elles dépendent étroitement. En échange, elles offrent la chaleur et le réconfort de leur présence, l’infaillibilité de leur attachement et de leur fidélité … jusqu’à une assistance pointue (chien d’aide pour personnes handicapées en chaise roulante ou chiens guides pour personnes malvoyantes …) voire même « professionnelle » (chiens de sauvetage, de décombres, pisteurs …).

Chiens et chats sont des êtres vivants. A ce titre ils ont, comme nous les humains, besoin de contacts, d’attentions. Certains sont très forts pour nous le rappeler : le chat qui vient se frotter contre la jambe de son maître ou se lover sur ses genoux, ronronnant de plaisir sous les caresses … ou le chien qui apporte sa balle pour inviter à une partie de jeu, bondit de joie au retour de son maître ou quémande les caresses…

 

Pour le maître, ces moments d’échanges et de complicité sont très bénéfiques.

Quel plaisir de caresser une douce fourrure, de sentir la truffe humide de l’un, le doux ronron de l’autre. Non seulement cela diminue le rythme cardiaque et apaise les tensions (de très sérieuses études scientifiques l’ont démontré depuis belle lurette) mais cela stimule nos sens, souvent laissés pour compte dans la société fébrile qui nous entoure.

Promener son chien et même faire du sport avec lui procure à son maître une manière ludique de bouger et un plaisir partagé à prendre de l’exercice. Nous en avons bien besoin. Une étude réalisée en 2005 par l’Université du Missouri (Columbia, USA) a montré, chiffres à l’appui, que le chien était un excellent auxiliaire dans l’adoption d’un mode de vie plus sain. Le rapport indique que promener régulièrement son chien, à raison de 20 min. par jour 5 fois par semaine, constituait une méthode plus efficace que bien des régimes pour perdre du poids. Coup double quand on sait que nos chiens ont aussi tendance à l’embonpoint !

Nos animaux de compagnie encouragent aussi à développer des contacts sociaux. La promenade du chien offre souvent l’opportunité de faire des rencontres avec d’autres maîtres et posséder un animal est, c’est bien connu, généralement l’objet de nombreuses et interminables conversations.

Chiens et chats aiment jouer. Partager ce plaisir avec eux est aussi l’occasion rêvée de les stimuler, de mettre en valeur leur intelligence (chercher un objet caché, apprendre des ordres, réaliser des « trucs » …). 

Alors, il n’y a plus à hésiter : bougeons, bougeons. Pour notre plus grand plaisir et le leur!

Françoise SION