GO
GO

Lettre ouverte à Monsieur le Ministre Di Antonio

Dernière mise à jour le 08/02/2019

Nivelles, le 20 décembre 2018

Monsieur le Ministre,

Nous vous remercions pour les nombreuses initiatives prises en faveur du bien-être animal depuis le début de votre mandat.

La rédaction du Code Wallon du Bien-être Animal, la mise sur pied du Conseil Wallon du Bien-être Animal, les nombreuses demandes d’avis et publications suite aux travaux de ce Conseil, la création de l’Unité du Bien-être Animal de Wallonie (UBEAW), les plaidoyers dans les médias … tous ces efforts témoignent de votre haute motivation pour une aussi noble cause, que nous rejoignons avec enthousiasme.
Nous y faisons d’ailleurs largement écho par nos médias professionnels.

C’est pourquoi nous sommes vivement désappointés par les déviances orchestrées par certains partenaires qui s’appuient sur l’émotion de la population, mobilisée par des images sorties de leur contexte.

Nous sommes particulièrement alarmés par les positions militantes d’activistes de la cause animale, certainement animés par les meilleures intentions, mais en pleine négation de réalités de la vie animale.

Lorsque les avis d’experts, vétérinaires ou zoologistes, sont controversés sur des bases purement émotionnelles, nous déplorons l’ignorance de sympathisants de la cause animale, qui en viennent à agir contre l’intérêt même des êtres qu’ils veulent protéger.
Tant il est vrai que le simple bon sens ne suffit pas à comprendre comment faire le bonheur d’autrui.

Notre expérience de praticiens vétérinaires nous en donne de multiples exemples dans tous les domaines de la vie animale…

  • Pourquoi des vaches préfèrent-elles ruminer à l’extérieur lors de nuits de gel, alors qu’elles ont accès à une étable de qualité ?
  • Pourquoi les fauves s’attaquent-ils pour commencer aux viscères de leur proie, des organes que nous refusons à nos animaux de compagnie ?
  • Pourquoi les crocodiliens sont-ils en meilleure santé dans une eau trouble qu’une eau limpide ?
  • Pourquoi certains poissons s’agglomèrent-ils en bancs de plusieurs milliers d’individus alors qu’ils disposent de vastes étangs pour divaguer ?
  • Pourquoi les lapins déclinent-ils si on change leur litière trop souvent ?
  • Pourquoi certains vieux chevaux préfèrent-ils dormir debout pendant des années  au point de ne jamais se coucher dans leur box confortable ?

Le sens commun crierait au scandale et à la négligence coupable s’il s’attardait sur ces situations et sur la maltraitance apparente dont elles témoignent.

Nous vous prions, Monsieur le Ministre, ainsi que tous nos concitoyens, d’écouter les motifs de certaines décisions prises par les collègues de l’UBEAW et/ou des experts du monde animal, avant de céder aux pressions de certains activistes dont nous dénonçons les excès qui les conduisent notamment

  • A promouvoir le rejet de tous produits animaux au péril de la santé publique,
  • A culpabiliser tous les éleveurs, même les plus attentifs au confort de leurs animaux,
  • A contester la détention d’animaux de compagnie, chiens, chats, oiseaux, chevaux, ânes,…,
  • Enfin, à dénier l’harmonie d’un monde où tous, humains, animaux et végétaux,  nous coexistons depuis des centaines de millénaires.

En conclusion, nous vous appelons à considérer que la bonne volonté ne suffit pas pour prendre des mesures appropriées au bien-être des animaux et que l’expertise des scientifiques mérite votre confiance.

Nous vous prions d’accepter, Monsieur le Ministre, nos salutations dévouées,


Pour l’UPV,
Dr Stéfan Degallaix, président