GO
GO

Varroa sur l'île de la Réunion

05/02/2019 par Benjamin Charles

Avez-vous déjà entendu parlé de « Varroa », cette espèce d’acariens parasites de l’abeille?


C’est le danger sanitaire principal des abeilles. C’est un petit acarien de trois millimètres qui est originaire d’Asie du Sud-Est et qui a conquis toutes les zones. Il est arrivé en Belgique dans les années 80 et il continue sa progression dans des territoires jusque là indemnes. Ainsi, on l’a détecté en 2017 à La Réunion. D’abord sur la zone de Saint-Denis et maintenant sur toute l’île.


Ce n’est qu’en 2017 qu’il a été mis en évidence à la Réunion. Depuis lors, il a fait augmenter les mortalités hivernales de l’abeille (en passant de 0,2% en 2017 à 37,4% au dernier décompte fin 2018).

Ceci est une démonstration grandeur nature du problème varroa et des pesticides désignés-coupables. En effet, on accuse souvent les pesticides de tous les maux en apiculture, mais le problème est bien souvent plus complexe. On peut même considérer que les abeilles, lorsque la pression parasitaire est faible et qu’il y a assez de nourriture, vont assez bien supporter des pesticides à faible dose.

L’exemple de la Réunion illustre très bien ce cas: jusqu’en 2017, l’apiculture réunionnaise ne connaissait pas les mortalités massives comme en Europe, alors que de nombreux pesticides étaient employés dans les cultures de fruits exotiques ou pour lutter contre les moustiques vecteurs de maladie. Et depuis 2017 et l’apparition de varroa, ils connaissent des catastrophes comparables à la Belgique.

Quand les abeilles sont en bonne santé, elles vont produire un miel de bonne qualité. L’apiculteur utilise des moyens chimiques de contrôle autorisés. Si on utilise mal ces produits, on risque de contaminer la cire et le miel. On essaie d’accompagner au mieux les apiculteurs pour que les produits soient sains.


Retrouvez ici l’article et la petite vidéo de la TV locale où est interviewé un vétérinaire de la Réunion:

https://www.linfo.re/la-reunion/societe/olivier-esnault-4-colonies-d-abeilles-sur-10-a-la-reunion-ont-disparu