GO
GO

Suicide dans la profession vétérinaire

19/03/2015 par

Les problèmes de dépression et le suicide sont une triste réalité au sein de la profession vétérinaire. Après l’Organisation mondiale de la santé (OMS) fin 2014, les Centers for Disease Control (CDC) se sont penchés sur le sujet outre-Atlantique. Les résultats ne sont pas roses.

Plus de 10 000 vétérinaires ont répondu au questionnaire, dont 69 % de praticiens pour animaux de compagnie. Le tableau dressé est édifiant.



  • 6,8 % des hommes et 11 % des femmes vétérinaires présentent une maladie mentale grave et/ou des troubles psychiatriques, des sentiments de désespoir et d’inutilité depuis l’obtention de leur diplôme. Dans la population adulte américaine, ces taux sont seulement de 3,5 % chez les hommes et de 4,4 % chez les femmes.

  • 24,5 % des hommes et 36,7 % des femmes vétérinaires ont connu des épisodes dépressifs depuis leur sortie de l’école, soit environ une fois et demi la prévalence chez les adultes américains tout au long de leur vie.

  • 14,4 % des hommes et 19 % de femmes vétérinaires ont envisagé de se suicider depuis la fin de leur cursus. C’est trois fois la moyenne nationale américaine.

  • 1,1 % des hommes et 1,4 % des femmes vétérinaires ont tenté de se suicider depuis la fin de leurs études. Selon les auteurs, ces taux faibles, en dessous de la moyenne nationale, peuvent être dus à l’accès facile des vétérinaires aux euthanasiques et aux “succès” de leurs tentatives de suicide : il y a donc peu de survivants pour répondre à l’enquête…


Les trois principaux agents de stress identifiés par les répondants sont les exigences de la pratique vétérinaire, les responsabilités de gestion et les plaintes des clients en cas d’erreur professionnelle.
Ces résultats suggèrent que près d’un vétérinaire américain sur dix souffre de détresse psychologique grave et plus d’un sur six a envisagé le suicide depuis l’obtention de son diplôme. Des données complémentaires restent cependant nécessaires pour mieux caractériser les facteurs de risque sous-jacents du comportement suicidaire chez les vétérinaires et identifier les méthodes de prévention efficaces.

http://www.vetitude.fr/suicide-un-risque-accru-pour-la-profession-veterinaire/



Pour le CA UPV,
Bernard GAUTHIER
Vice Président